L'univers du toit | le 31 octobre 2022

Cool Roof : zoom sur les avantages et points de vigilance de cette solution

Venue des États-Unis, la technique du cool roof, signifiant “toit frais”, est considérée à ce jour comme l’une des meilleures solutions pour améliorer le confort d'été des occupants d'un bâtiment. Constituée d’un revêtement de couleur blanche, cette technologie repose sur le principe de thermo-réflexion et possède des propriétés thermiques importantes. Alors, quels sont les avantages et inconvénients du cool roof ?

Qu’est-ce que le cool roof ?

La technologie du cool roof consiste à revêtir la totalité ou seulement une partie de son toit d’un revêtement à haute réflectivité afin de rafraîchir l’intérieur des bâtiments lors de fortes chaleurs. Cette solution permet ainsi de diminuer l’utilisation de la climatisation en été.

Le principe est que sa surface apparente est maintenue « froide » en réfléchissant la lumière du soleil (réflectivité) et en rayonnant peu de chaleur (émissivité). Cela fonctionne sur le principe de l’effet albédo.

L’albédo est une valeur comprise entre 0 et 1 : un corps noir parfait, qui absorberait toutes les longueurs d’onde sans en réfléchir aucune, aurait un albédo nul, tandis qu’un miroir parfait, qui réfléchirait toutes les longueurs d’onde, sans en absorber une seule, aurait un albédo égal à 1.

Et l’hiver ?

La chaleur apportée par le rayonnement solaire l’hiver peut être considérée comme peu importante. En effet, le revêtement d’étanchéité est froid suite à la nuit et à la matinée. Sa montée en température ne peut se faire que sur quelques heures (12h-14h en général) et comme le matériau est froid, il n’atteint pas les mêmes températures qu’en été : sa transmission de chaleur à l’intérieur du bâtiment est ainsi quasi négligeable. L’apport d’un cool roof ne nécessitera donc pas de chauffer plus en hiver.

Comment faire un cool roof ?

En tout, il existe quatre revêtements pour effectuer un cool roofing sur sa toiture professionnelle, à savoir :

  • La mise en œuvre d’une membrane bitumineuse blanche composée de bitume élastomère à armature composite de polyester.
  • La mise en œuvre d’une membrane synthétique blanche de type PVC ou FPO.
  • La mise en œuvre de tôles d’acier nervurées blanches.

Ces trois solutions impliquent la rénovation complète de la toiture. La seule solution ne nécessitant pas de rénovation est :

  • L’application d’une peinture blanche réflective équipée d’un vernis protecteur, appelé top coat. Ce procédé est le plus classique et le plus répandu.

Selon le budget, l’état du toit et le besoin en durabilité de l’étanchéité, le professionnel de la toiture vous orientera vers la solution adaptée. Dans tous les cas, les revêtements d’étanchéité cool roof sont caractérisés par :

  • La réflectivité : elle représente le rapport de l’énergie lumineuse réfléchie par un matériau sur l’énergie incidente totale émise par une source de lumière, l’énergie non réfléchie étant absorbée par le matériau réfléchissant. On parle couramment de l’albédo pour la réflectivité.
  • L’émissivité : capacité d’un matériau à réémettre l’énergie absorbée (exprimé en %).
  • L’indice de réflectance solaire : le SRI est un paramètre qui indique la capacité d’un matériau à réfléchir la chaleur solaire et faisant preuve d’une faible augmentation de température lorsqu’il est exposé aux rayons du soleil. Le SRI se calcule selon la méthode normalisée de la norme ASTM 1980 à partir de la réflectivité et de l’émissivité.

Quels sont les avantages du cool roof ?

Le cool roof est reconnu pour ses avantages à la fois économiques et écologiques. En effet, opter pour cette technique, revient à bénéficier :

  • D’une réduction de sa consommation d’énergie (climatisation).
  • D’une amélioration du confort des occupants.
  • D’une lutte contre la surchauffe, ce qui protège les bâtiments et réduit les effets des îlots de chaleur.
  • D’une technologie éligible aux critères du Certificats d’Economie d’Energie (CEE).

Toutefois, le cool roof ne possède pas uniquement des bienfaits et nécessite d’être vigilant sur certains points.

Quels sont les points de vigilance des solutions cool roof ?

Bien que le cool roof préserve l’environnement et soit économique, cette méthode présente tout de même des points de vigilance, notamment :

  • Elle s’applique uniquement sur les bâtiments tertiaires à usage commercial, puisque pour le moment, seules ces structures sont concernées par les dispositifs CEE de la BAT-EN-112.
  • Elle doit être entretenue assez régulièrement afin d’éviter une baisse de l’indice de réflectance solaire. Les revêtements sont, en effet, exposés à la pollution atmosphérique, ce qui altère ses propriétés.
  • Un toit blanc ne sera pas autorisé dans tous les lieux, notamment sous les couloirs aériens. Pensez à bien vous renseigner avant d’envisager des travaux.

En outre, avant tout projet d’application de peinture cool roof sur une toiture, il sera nécessaire de réaliser un diagnostic pointu de cette dernière car, pour rappel et contrairement aux membranes bitumes et synthétiques, la peinture cool roof n’est pas un revêtement d’étanchéité à part entière.

Et enfin, ce qui en découle du point de vue assurantiel, est que l’application de cette peinture réflective en toiture n’est pas constitutif d’ouvrage au sens de l’article 1792 et suivant du code civil. Elle n’est donc pas assujettie à la garantie décennale.


Vous souhaitez mettre en place la technique du cool roof sur votre toit professionnel ?

Une urgence, un besoin d’intervention, une question ?

Prenez contact avec l’une de nos agences.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis !
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin