L'univers du toit | le 1 mars 2022

Toiture chaude vs toiture froide : quelles différences ?

Comment distinguer une toiture chaude d’une toiture froide ? Tour d’horizon de ces deux types de toiture.

Les caractéristiques techniques

Zoom sur la toiture chaude

Pour la toiture chaude, le DTU 40.35 donne la définition suivante : “toitures isolées en sous-face des plaques nervurées et caractérisées très généralement par l’absence d’une lame d’air entre la sous-face de la couverture et l’isolation. Lorsqu’une lame d’air existe, elle n’est pas ventilée avec l’air extérieur”.

On désigne généralement par toiture chaude une toiture isolée de la manière suivante :

  • Support
  • Pare-vapeur
  • Isolant
  • Couche d’étanchéité
  • Couverture.

La toiture chaude est un système souvent utilisé pour isoler les toits plats. Composé des mêmes éléments que la toiture froide, la seule différence repose alors sur l’absence de la lame d’air provenant de l’extérieur. À la place, la toiture chaude possède un pare-vapeur qui protège de la moisissure et de la condensation.

Zoom sur la toiture froide

Pour la toiture froide, le DTU 40.35 donne la définition suivante : “toitures caractérisées par la présence en sous-face de la plaque nervurée d’une lame d’air ventilée avec l’air extérieur”.

La toiture froide est composée de différentes couches. En dessous, se trouve l’isolant et au sommet, on retrouve le support d’étanchéité. Ces deux éléments sont séparés par une lame d’air qui est interposée entre les deux couches.

Cette lame d’air sert à ventiler la sous-face du matériau de couverture ou d’étanchéité. Si la ventilation n’est pas correctement dimensionnée, un phénomène de condensation peut se produire. Cette condensation est notamment due au support d’étanchéité. Étant plus froid que l’air ambiant ou insuffisamment ventilé, le choc des températures crée alors de la vapeur d’eau qui condense, ce qui peut à terme endommager l’étanchéité (apparition de cloques et déformation de la membrane), l’isolation thermique (humidification de l’isolant qui perd ses propriétés) et même les matériaux du toit (tuiles devenant gélives…).

Quel type de toiture privilégier ?

Bien que la toiture chaude puisse apparaître comme plus avantageuse, choisir entre les deux types de toiture doit se faire selon l’endroit où elles sont destinées à être installées.

Le choix entre les deux types de toiture doit se baser exclusivement sur la possibilité d’une bonne gestion de l’étanchéité et doit prendre en compte la présence et la continuité du pare-vapeur et de la ventilation.

Il est nécessaire de tenir compte des trois critères suivants :

Le premier critère d’évaluation est la production d’humidité intérieure. On ne peut pas envisager une toiture chaude pour une piscine à cause des risques de condensation de la vapeur d’eau, mais elle serait parfaite dans le cas d’un entrepôt. Exemples de conditions d’emploi des procédés d’isolation en fonction de l’hygrométrie des locaux :

tableau descriptif des toitures

DTU 40.35

Le deuxième critère correspond à la prévision d’une gestion fiable ou non de la fonction pare-vapeur ou étanchéité à l’air entre la toiture et l’ambiance intérieure. Dans certains cas, par exemple des plafonds suspendus, exigeant le percement du pare-vapeur, la toiture chaude sera donc à prohiber.

Enfin, un troisième critère correspond à la faisabilité. Si l’architecture de la toiture interdit toute ventilation, il devient impératif de passer par la toiture chaude.


Vous souhaitez être accompagnés dans le choix du type de toiture ?
Une urgence, un besoin d’intervention, une question ?
Prenez contact avec l’une de nos agences.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis !
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin